• Le soleil éclaircit la maison. Les portes s'ouvrent et claquent, les souvenirs des concerts me reviennent. Mais je n'ai pas envie de les raconter. C'est vrai que je n'écris plus, surtout depuis qu'il n'y a plus Volcane et que je passe moins de temps ici. Avant j'étais toujours inspirée, il fallait que j'écrive quelques mots, ne serait-ce que pour me libérer.

    Maintenant, c'est autre chose. J'ai besoin de courir, de marcher, de jouer de la guitare, de faire du tam tam, des photos, de rire et jouer. J'ai besoin de profiter de la jeunesse de mon frère, d'observer son chagrin ou sa joie. J'ai besoin d'avoir ma petite amie près de moi qui me conte notre avenir...

     L'année prochaine, je n'arrêterai pas les cours finalement, j'aime trop apprendre, j'aime trop les vacances, j'aime trop fumer sur l'herbe. Je ne suis pas prête pour travailler.


    12 commentaires
  • Texte tiré de la réalité mais inventé

    Seule dans cette pièce sombre, je décide d'écrire. Mes larmes coulent le long de mes joues, que mes mains, tremblantes tentent de réchauffer. Je me sens seule, et froide. Dans cette même pièce, je saisis un stylo-plume et des feuilles. Mon frère prend la fuite, je dois donc le sauver. J'écris peu à peu, les phrases me viennent. J'ai seulement envie de lui dire : Je t'aime frangin, je t'aime tant. La lumière s'éteint, la pièce s'assombrit doucement. Délicatement, je prends une vieille lampe de bureau ; miracle, celle-ci fonctionne ! A travers les mots que j'inscris sur le papier, je remarque une chose assez troublante. Mon frère se tient serrer contre la porte, jouant le discret. Autrefois, il avait une petite voix, une petite taille, il était un petit enfant qui courait dans les bois. Pourquoi me dépasse-t-il ? Pourquoi me fait-il peur, mon petit frère ? Mais il se serre contre la porte, et me regarde. Ces pupilles parcourent toute la pièce. D'abord à gauche, sur la droite, au milieu. Ces yeux bleutés donnent un air plus gai. Il me saisit maladroitement la main en s'appuyant doucement sur mes épaules et lance :

    _Ne t'inquiète pas pour moi, tu me considères vraiment comme un enfant ! En faisant ce que je fais, je sais que je prends des risques mais je ne prends pas les mêmes risques que certains ! Je suis jeune, toi tu fumes, toi tu bois, alors pourquoi je ne pourrais pas prendre du bon temps en faisant des courses de mobylette ?

    _Prends des protections, va sur des circuits mais ne fais pas ça sur la route !

    Je tremble toujours. Mon frère sourit. Il s'empare de la feuille et tente désespérement de la lire. Je donne un coup dans le ventre mais ça ne suffit pas. Il est maintenant beaucoup trop fort. Je prends ses cheveux et le secoue. En riant, il laisse la feuille glisser le long de l'armoire.

    _Je te fais confiance frangin !

    _Ne t'inquiète pas, ne t'inquiète surtout pas !

    Et il repart.


    2 commentaires
  • Le soleil brûle déjà et je fonds dans mon ennui. Malheureusement. J'ai tant de choses à faire que je ne fais rien. Je ne dois pas être la seule, ça me fait peur alors je me laisse tomber dans l'ennui. J'ai horreur de cet ennui-là. Je pourrais lire, écrire, rendre visite, prendre le soleil. Non, je perds de mon élan vital pour le retrouver le soir, je perds de mon sourire pour le retrouver le lendemain. Je  gagne et je perds. C'est un peu ça la vie, de toute manière. Un peu de tout, un peu de rien. Beaucoup de larmes, beaucoup de rires. Mais pourquoi y'a-t-il des gens à qui ça n'arrive pas ? Pourquoi certaines personnes sont-elles destinées à vivre dans leur malheur, d'y baigner dedans ?

     

    Et pourquoi faut-il que je me pose sans arrêt des questions ?


    4 commentaires
  • C'est qu'on se sent bien d'être en vacances. On a l'impression qu'on a le temps de tout faire. Je sais que ça n'est pas le cas, comme tous les autres, le temps me mange. Quelques jours à me morfondre, à travailler, à fumer, puis déjà, je retrouverais ce petit ange bleu...Pourquoi bleu ? Je ne sais pas, peut-être pour Ses yeux. J'ai horreur du bleu habituellement, préférant le vert, ce vert que je vois dans les champs, dans les pots, des mes vêtements. Ce vert que je mange, que je défais de sa terre, ce verre dans lequel je bois un peu d'alcool. C'est un peu ça les vacances, croire en nous, parler pour ne rien dire, rire d'un rien, découvrir ses véritables amis, découvrir des morceaux de guitare et se croire soudainement talentueuse.

    Comme le concert que j'ai vu jeudi. La musique m'a fait trembler. J'avais envie de danser, de me serrer contre l'ange bleu. J'avais envie de monter sur scène et de croire en moi. Je voulais jouer du théâtre, écrire des textes, des chansons, des refrains, des couplets un, des couplets bis, des introductions, des poésies, des nouvelles, des romans, des mots inutiles. J'avais envie de ne pas dormir, de ne pas me sentir fatiguée. J'avais envie de tout et c'est curieux car vendredi, je n'avais envie de rien.


    votre commentaire
  • Image : Jean Rigaud


    Journée ensoleillée, journée de chaleur comme on en rêve l'été. L'été qui approche mais qui semble encore si loin. Journée de maux de tête encore. Patience, me dit-on, tu retrouveras bientôt ta tête rougie par le soleil comme tu as chaque année. Tu retrouveras aussi les boutons de moustiques qui te démangent tout l'été. N'oublie pas qu'à cette saison, tu manges des glaces toutes les soirées, de ces grosses glaces chocolatées, devant le téléviseur, sur un port ou dans un concert.

    Que ça me donne envie tout ça. Et mon amoureuse qui en rajoute toujours. Je voudrais, je voudrais, je voudrais...On rêve de milles choses, doit-on continuer ou c'est trop dangereux ? Rêver, tomber dans un trou noir, avoir peur après de chaque moment. J'aimerais savoir profiter de chaque moment, de mon présent mais comment ? Nous sommes obligés d'apprendre et d'écouter ce qu'on nous dit. En classe, on fait des pendus, des blagues, on lance des papiers comme au primaire. On joue au Morpions et on rentre à la maison, déçues de la journée inutile que l'on vient de vivre.

    J'aimerais bien arrêter les cours, demain.

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires