• A la recherche d'une plage...

    Eté 2004, à Toulon.

    La voiture se rapproche de la plage. On se précipite au bord de l'eau, plongeant les pieds et en s'éclaboussant. Les garçons n'ont rien oublié ; tuba, bouée, armes pour tuer les poissons. Ce que mon cousin préfère, c'est observer le paysage, le silence et la beauté qu'il y a sous l'eau, ce secret que l'on découvre. Il m'apprend à nager et reconnaitre les poissons, je me laisse aller à l'eau, oubliant la chaleur...

    Les garçons s'enfonçent maintenant dans un coin arpenté, c'est très dangereux de s'aventurer ici, j'ai seize ans et peur de tomber. Mais les chaussures adhèrent aux rochers, et l'on s'éloigne de ces chapeaux de touristes, des enfants qui hurlent. Il y a des arbres pour nous râfraîchir, et l'on se repose, seuls et heureux, dans des endroits où personne ne nous voit.

    "Pas si loin, pas si loin, hurle Christophe, sinon on va atterir à la plage homo ! Oui, là-bas, il y a une plage d'homo ! On y va ?"

    Je tremble. Une plage pour moi ? Je demande à la seule fille du groupe.

    "Est-ce que c'est vrai ? Est-ce qu'il y a une plage pour ça ?"

    Alors qu'ils s'allongent ou se baigent, je m'éloigne prétextant une envie de marcher sous ces arbres, et sur ces chemins qui donnent l'inspiration. Je veux rejoindre la plage d'homo, retrouver la place où personne ne dit jamais rien de mal. Il faut que je fonce, et je marche, et je marche.

    Je ne vois rien, même si je regarde à travers le feuillage les quelques personnes qui s'installent sur la plage. Comme je m'ennuie, je prends des photos ; le ciel bleu, les nuages blancs, l'eau, rien ne me manque. Quelques mètres plus loin, après avoir arpentée quelques tas de terres, je vois des hommes et des femmes nus. Alors, c'est ça une plage d'homosexuels ? Je retourne sur mes pas puis, un homme me rejoint, un homme d'une cinquentaine d'années. Il voit que je m'interroge sur cette plage, et que je regarde intensément.

    "Alors, vous aimez regarder ?"

    J'ai un temps de réflexion, que veut-il dire ?

    "Oui, le paysage..." répond-je.

    "Ah ? Je croyais que vous regardiez les gens nus..."

    Je pars, bouleversée par son idée et par la multiple rencontre de nudistes. Un moment, je vois un homme. Quand j'aperçois sa main qui s'agite au niveau de son sexe, et que j'aperçois par la même occasion son pénis en forme, je ne peux que reculer. Seulement, je m'avance maintenant vers un tas de terre qui n'aboutit à aucune issue. Cette image me perturbe et je ne sais que faire. Ce moment est long, je marche sur l'herbe et la terre, je tourne en rond mais ne parvient pas à l'approcher. Lorsqu'il finit, on se croise, la tête baissée et je cours rejoindre les garçons, qui sèchent maintenant au soleil.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Janvier 2006 à 20:12
    expérience
    polymorphe d'un corps en devenir et que le désir assiège. Puissance du désir, révolution où tombent les Bastilles de l'interdit...
    2
    Mardi 24 Janvier 2006 à 09:53
    Toulon
    C'est l
    3
    Mardi 24 Janvier 2006 à 09:56
    Toulon
    C'est la ou je suis née et ou j'habite depuis 42 ans et je savais bien sur qu'il y a des plages pour naturistes.Moi meme j'ai fait du naturiste quand j'étais trés jeune et je trouve l'attitude de ce monsieur trés incorrecte. Ce n'était pas comme cela a mon époque et les naturistes non plus! bise
    4
    Mardi 24 Janvier 2006 à 18:47
    Bonsoir Josée
    Une toulonnaise parmi nous (ça s'écrit comme ça ?) c'est bien ça. J'y ai passé des vacances qui m'ont apprises des tas de choses. Et notamment l'autonomie...bises
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :