• Dans deux jours, mon contrat sera normalement terminé. Il y a tant de travail qu'un renouvellement de celui-ci ne m'étonnerait pas. Je ne peux pas rester dans cette usine. J'ai des choses à voir et à faire. A l'usine, je ne peux que rêver mais je ne peux pas vivre. L'après-midi, je dors, j'oublie mon oiseau. Je chante.






    Dès vendredi, je découvrirai tous les spectacles de rue où vit mon amoureuse. Elle y tenait tant qu'elle y est en ce moment, seule. J'adore son côté rêveuse et passionnée pour les belles choses simples. Je crois que c'est ça qui m'attire tout particulièrement. Emeline a envie de vie malgré tout ce qu'elle dit de l'existence. Notre histoire semblait un peu fade ces derniers temps mais son sourire m'a fait comprendre que sans elle, je n'existerais peut-être plus.






    Vendredi midi, après une bonne douche et une petite sieste, je profiterais de quelques heures pour faire mes affaires. Je partirai ensuite pour deux heures de route habituelles. Dès lors, mon amoureuse m'emmènera à des spectacles, des surprises pour moi ! Ce qu'elle ignore encore, c'est que je lui ai envoyé une lettre d'amour écrite à la main (j'avais perdu l'habitude) pour lui prouver que je voulais vivre encore de belles choses.





    Lundi, on devra à nouveau se séparer sur les quais de la gare. Elle sera loin de moi, à Paris cette fois.

    votre commentaire
  • Le travail, ça fait évoluer.

    L'amour, ça ne fait que détruire.

    3 commentaires
  • Parfois l'Amour, ça n'est pas simple.





    Pourtant, je ne pense qu'à Elle.

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique