• Mes mains brûlées

    Petite, je vivais dans une vaste maison à étage, qui comportait un poèle à mazout. Mon père, soucieux en me voyant grandir et gambader petit à petit, construisait une belle barrière en bois.

    Je ne marchais pas encore, et un jour de décembre, pour mes 13 mois, je décidai de me lever. Il ne restait qu'à la barrière, une couche de peinture, et elle serait enfin prête. Mais ma mère cuisinait et ne me vit pas plaquer mes deux mains sur la vitre du poèle.

    Très vite, la douleur parvint à mes paumes, et d'après ma jeune mère, ce fut atroce. Elle ne savait que faire, et courut vers la pharmacie, paniquée, parmi mes pleurs et ma souffrance.

    Cet incident me laissa deux cicatrices sur les paumes, et quelques jours après, pour Noël, je marchais. En grandissant, ces cicatrices devinrent des trous, deux petits trous très surprenant. Autour de cette "horreur", d'autres peaux plissées, mais encore sensibles au toucher, parcouraient mes paumes.

    A l'école, ces "trous" suscitaient de nombreuses interrogations. Comment ? Pourquoi ? Depuis quand ?

    " C'est laid ! "

    disaient certains enfants qui hésitaient avant d'empoigner ma main, de la toucher ou de ne pas la prendre.

    Après des rendez-vous chez un spécialiste de brûlures, je décidai de ne pas changer de peau. Il était question de greffe, mais non.

    Ces cicatrices font partie de mon existence, et elles resteront ainsi.

    Du moment que mes mains peuvent encore écrire...


  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Janvier 2006 à 20:08
    très
    joliment dit en tout cas. mm si le thème n'est biensur pas gai, le texte est très beau.
    2
    Vendredi 6 Janvier 2006 à 20:15
    merci
    ça me touche ce que tu me dis. De toute façon, je ne m'en souviens pas. ;) bisous bestiole.
    3
    Vendredi 6 Janvier 2006 à 22:12
    sobriété
    des mots pour mieux décrire la réalité...C'ets ce qu'il faut pour toucher et viser juste, Coralie...
    4
    Vendredi 6 Janvier 2006 à 22:58
    joli texte
    Tu parles bcp de ton enfance...C assez etrange vu ton age...Si tu le disais je suis sur qu'on penserait que t plus agé, et que l'enfance est pour toi loin derrière toi
    5
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:04
    test
    test
    6
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:07
    Indochina
    oui, c'est étrange vu mon âge, mais je ne sais pas pourquoi, j'ai beaucoup de mal à m'imaginer grandir (vieillir) . Alors je repense à mon enfance. bises
    7
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:07
    test
    d
    8
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:24
    lol
    qu'est-ce que tu fais against ?
    9
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:39
    essai
    impossible publier mon commentaire dans son entier
    10
    Samedi 7 Janvier 2006 à 21:45
    Ah ?
    Et comment cela se fait-il ? Si tu peux pas répondre, ce commentaire ne sert strictement à rien. Mais gros bisous à toi Against !
    11
    Dimanche 8 Janvier 2006 à 15:43
    mains
    Ce ne sont ici que figures, manières de traces, lignes fuyantes d'un coeur en peine qui creuse sa langue et son verbe pour en tire le langage à venir. Un langage avenir, où tout sera encore possible.
    12
    Dimanche 8 Janvier 2006 à 15:44
    Et
    taillant dans le corps obscurci de la mémoire pour en rechercher la part élémentaire, couleurs, odeurs, rumeurs, tout ce qui respire à ciel ouvert et redoute les anciennes profondeurs du malheur...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :